Vous communiez ? Et si vous aidiez parfois à donner la communion…
">

Mercredi prochain, 15 janvier, aura lieu une réunion de formation pour de nouveaux acolytes (en appelant ainsi les “ministres extraordinaires de la communion”, on évitera, quand on voudra faire plus court, l’acronyme “MEC” qui, reconnaissons-le, n’est pas très joli).

Pourquoi cette formation ? Parce que toute personne appelée à un service a droit à une formation et tout service – celui-là plus que tout autre – doit être rendu avec compétence. D’ailleurs, récemment, pour la proclamation de la Parole, le Pape François n’a-t-il pas demandé « de faire tous les efforts nécessaires pour former certains fidèles à être de véritables annonciateurs de la Parole avec une préparation adéquate, comme cela se produit de manière désormais habituelle pour les acolytes » (motu proprio du 30 septembre 2019, instituant le Dimanche de la Parole de Dieu) ?

Cela va-t-il créer un groupe à part ? Ce n’est absolument pas le but. Bien sûr, ce sont les personnes formées qui rendent ce service et il faut concrètement faire partie du groupe des acolytes pour rendre possible l’organisation de la distribution de la communion au cours des messes dominicales. Pour autant, il n’y a pas de “numerus clausus” pour ce groupe, ni de sélection partiale pour faire de ce service une “promotion” réservée à quelques-uns. Au contraire, j’ai aujourd’hui besoin d’avoir davantage d’acolytes formés.

Posez-vous donc la question. En venant mercredi soir, vous acquerrez ce qu’il faut savoir pour être en mesure d’apporter de temps en temps votre contribution au bon déroulement de nos liturgies ou bien auprès d’une personne malade.

Abbé Bruno Bettoli+