Le miracle de la liturgie
">

En voulant parler de liturgie, je redis avant tout que le Christ est ressuscité. Oui, il est vivant et source de vie, de salut pour ses amis et pour le monde entier. Il peut donc nous rejoindre et nous apporter ses dons et il cherche des cœurs qui s’ouvrent à sa présence, à sa parole et à sa grâce.

A la question de Jude : « Seigneur, que se passe-t-il ? Est-ce à nous que tu vas te manifester, et non pas au monde ? » (Jn 14, 22), 

Jésus avait répondu : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; mon Père l’aimera, nous viendrons vers lui et, chez lui, nous nous ferons une demeure. » (v. 23) 

Ainsi, il avait donné une belle définition de la liturgie chrétienne, avec le sens nouveau qu’elle allait prendre par rapport à la liturgie juive qu’il avait lui-même pratiqué avec ses disciples. N’est-ce pas l’expérience offerte aux disciples découragés par le Ressuscité qui leur interprète les Ecritures et renouvelle pour eux la fraction du pain ?

En complément, j’indique aussi ce que dit le Catéchisme et qui peut nous éclairer davantage : « Le mot “Liturgie” signifie originellement “œuvre publique”, “service de la part de/et en faveur du peuple”. 

Dans la tradition chrétienne il veut signifier que le Peuple de Dieu prend part à “l’œuvre de Dieu” (cf. Jn 17, 4). Par la Liturgie le Christ, notre Rédempteur et Grand Prêtre, continue dans son Église, avec elle et par elle, l’œuvre de notre rédemption. » (n° 1069)

Voilà de quoi nous encourager à accueillir davantage la Parole de Dieu et à déployer nos liturgies domestiques. Voilà qui nous redit l’incomparable valeur de notre vie sacramentelle.

Abbé Bruno Bettoli +