La sainteté ou rien !
">

Dieu veut que nous soyons appelés ses enfants et que nous le soyons vraiment (cf. 1Jn 3, 1). Il y a là quelque chose d’absolument inouï car cela ne peut pas s’entendre simplement au sens où nous avons reçu de lui l’existence, au même titre que les plantes et les animaux. Non, cela ne peut s’entendre que dans un sens beaucoup plus fort et tout à fait paradoxal. Dieu en effet peut-il avoir des enfants ? Peut-il donner sa propre vie à de simples créatures ?

Oui, et c’est ce qu’affirment les deux récits de la création. Réécoutons le second récit : « Le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant. » (Gn2,7). Créé « à l’image de Dieu » (Gn1,27), l’homme a reçu le souffle de Dieu qui est tout à la fois souffle de vie et souffle de sainteté, car pour Dieu et pour l’homme, être vivant, c’est aimer, c’est être saint.

En parlant de la sainteté, nous retrouvons le même paradoxe : Dieu seul est saint, comme l’affirme l’Ecriture (cf. 1S 2, 2). Pourtant, et pour cette raison justement, il ne veut pas l’être lui seul mais que nous le soyons avec lui (cf. Lv 11, 45 ; 1Th 4, 3). Pour que cet impossible puisse se réaliser, il nous a envoyé son Verbe et son Amour et voici que s’ouvre devant nous l’autoroute à huit voies, celle des Béatitudes, en direction du bonheur promis.

En venant à la messe de la Toussaint, osons donc dire : « Toi qui es vraiment saint, toi qui es la source de toute sainteté, nous voici rassemblés devant toi » : par ton Fils et dans l’Esprit, fais de nous tes enfants !

Abbé Bruno BETTOLI +