La Loi Travail, selon l’Evangile
">

 

Dans la deuxième prière eucharistique, nous disons : « nous te rendons grâce car tu nous as choisis pour servir en ta présence. » Nous ne sommes pas toujours conscients de cette grâce lorsqu’on nous demande un service à la maison ou qu’on nous appelle à prendre un engagement dans la paroisse.

 

C’est pourtant un vrai cadeau que Dieu nous fait, car il pourrait se passer de nous et tout faire lui-même. Ce serait mieux fait, non ? Mais il n’y peut rien, Dieu, il est comme ça : il nous aime et veut que nous puissions participer à tout le bien qu’il désire et qu’il suscite.

 

Nous entendions dimanche dernier que nous avions une dette infinie vis-à-vis de Dieu. Avant de parler de celle du péché qui est une offense à Dieu, il y a celle qui est liée au fait que Dieu nous a donné la vie, sans que nous n’ayons rien demandé, ni pu payer d’avance. Il est même impossible de “payer” après. Que pourrions-nous lui rendre d’équivalent ? Nous sommes insolvables.

 

Mais si ! il y a une manière de lui rendre tout cela qui est de lui rendre grâce, comme nous le disions au début. Mais nous ne pouvons réellement rendre grâce à Dieu sans orienter notre vie selon la grâce qu’il nous offre. Dans et pour cette profonde reconnaissance envers Dieu, nous voulons nous engager entièrement, gratuitement, à sa façon – c’est-à-dire à la façon du Christ – dans tout ce qui fait notre vie : depuis la louange et l’adoration, jusqu’aux plus humbles tâches comme de laver les pieds d’un pauvre, simplement reconnu pour un frère.

 

Abbé Bruno Bettoli+

 

Dominicales_863