«Ils suivent l’Agneau partout où il va.» (Ap 14, 4)
">

« Comme s’accomplissait le temps où il allait être enlevé au ciel, Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem. » C’est le grand tournant des trois évangiles synoptiques. Saint Luc est celui qui le marque le plus nettement avec cette formule condensée. Elle exprime d’une part comment la Pâque du Seigneur va orienter ce pèlerinage vers la ville sainte. D’autre part, elle montre la détermination du Christ dès le début de cette dernière étape de son chemin sur terre.

Durant cet été, nous avancerons, dimanche après dimanche, en contemplant le Christ qui marche vers la ville sainte : il donne ses conditions à ceux qui veulent le suivre (30 juin) ; il les envoie en mission (7 juillet) ; il se présente sous les traits du bon samaritain et de « l’homme tombé aux mains des bandits » (14 juillet) ; il cherche des coeurs prêts à le recevoir comme étant « la meilleure part » (21 juillet) ; il apprend à prier le Père et à lui demander l’Esprit Saint (28 juillet) ; il appelle à « être riche en vue de Dieu » (4 août) ; il enseigne à « rester en tenue de service » (11 août) ; il partage son ardent désir d’« apporter un feu sur la terre », même au prix d’un terrible baptême dans notre monde livré aux forces du Mal (18 août) ; il invite à « entrer par la porte étroite » pour ouvrir à des multitudes l’accès « au festin dans le royaume de Dieu » (25 août).

Puisque nous avons reconnu l’appel du Seigneur à ce que nous soyons comptés parmi ses disciples, gardons les yeux fixés sur lui, le coeur ouvert pour recueillir ses paroles, les pieds attentivement placés dans les siens.

Abbé Bruno Bettoli+