Glorifié, Jésus nous donne l’Esprit
">

Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera ; et il le glorifiera bientôt. » Manifestement, la glorification du Fils de l’homme doit se passer en deux temps. Le premier est « maintenant » et le second est « bientôt ». Le premier correspond à la passion de Jésus, depuis le cénacle jusqu’à la croix et le second, à sa résurrection, depuis le tombeau vide jusqu’au cénacle.

Pour quoi dire « jusqu’au cénacle » ? Simplement pour signifier que la glorification de Jésus est directement liée à l’effusion de l’Esprit Saint sur les Apôtres, l’Eglise et le monde. Un passage de Saint Jean, proclamé à la vigile de Pentecôte, le montre clairement : « Au jour solennel où se terminait la fête des Tentes, Jésus, debout, s’écria : “Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi, et qu’il boive, celui qui croit en moi ! Comme dit l’Écriture : De son coeur couleront des fleuves d’eau vive.” En disant cela, il parlait de l’Esprit Saint qu’allaient recevoir ceux qui croiraient en lui. En effet, il ne pouvait y avoir l’Esprit puisque Jésus n’avait pas encore été glorifié. » (Jn 7, 37-39)

Ainsi, il se passe quelque chose de nouveau à partir de la Pâque du Christ. Glorifié par son abaissement volontaire jusqu’au plus bas où il manifeste son amour et celui du Père, Jésus est ensuite glorifié par son exaltation jusqu’au plus haut où le Père lui donne de siéger à sa droite et de pouvoir répandre l’Esprit Saint sur toute l’humanité qu’il a servie, aimée et rachetée. Préparons-nous donc et « bientôt », nous recevrons l’Esprit.

Abbé Bruno Bettoli+