« Es-tu celui qui doit venir ? » : Dieu, ultime réponse aux attentes de l’homme
">

Chers Amis du Christ,

De sa prison, Jean Baptiste précurseur du Christ lui envoie ses disciples avec une question étonnante : Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? Question étonnante parce que Jean Baptiste, cousin de Jésus, est un prophète et souvent présenté comme celui qui annonce le Messie. C’est lui qui précédemment au chap. 3, 13 avait baptisé Jésus. La question de Jean Baptiste laisse croire qu’il ne sait pas que Jésus est le Messie et qu’il a besoin de s’en assurer. La réponse de Jésus est à la hauteur de la question de Jean Baptiste. Il ne dit pas simplement ‘’oui’’ mais il présente les signes qui manifestent la présence du Messie : ‘’Les aveugles voient et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts ressuscitent et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres.’’ (cf. Isaïe 61 ss). Cette réponse est la meilleure pour Jean Baptiste qui dans sa prison devait être en proie au doute.

Chacun de nous, comme Jean Baptiste, vit et marche avec ses doutes, ses peurs, ses questionnements et, comme lui, nous disons en notre coeur à Jésus : Es-tu celui qui doit venir ? Es-tu celui que j’attends ? Celui sur qui se fondent et se cristallisent toutes mes attentes, toute mon espérance ? Et comme il a répondu à Jean Baptiste, il nous dit : ‘’Le désert et la terre de la soif, qu’ils se réjouissent ! Le pays aride, qu’il exulte et fleurisse, qu’il se couvre de fleurs des champs, (…) On verra la gloire du Seigneur, la splendeur de notre Dieu. Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux qui fléchissent, dites aux gens qui s’affolent : Prenez courage, ne craignez pas. Voici votre Dieu.’’ Oui, Dieu est l’ultime réponse aux attentes de l’homme.

Mais la réception de cette réponse nous met en marche pour la porter à ceux qui ne l’ont pas encore reçue. Avec joie, accueillons le Seigneur qui vient. Chers amis, en Avent ! Marche…

Père Sèyèmè Elzéar Spire ADOUNKPE