AU COEUR DE NOTRE FOI
">

Nous voici arrivés au seuil de la Semaine Sainte, du dimanche de la Passion à celui de la Résurrection. 

Chaque année, c’est la semaine qui nous plonge, qui nous baptise au cœur de notre foi. Ce mystère est unique, mais il nous faut nous en imprégner sans cesse à nouveau, en le célébrant dans ces deux versants d’abaissement et d’exaltation, deux versants que nous tenons toujours ensemble comme le fait l’hymne aux Philippiens, l’épître de ce dimanche ; comme le fait cette semaine entre le premier jour, aujourd’hui, et le huitième, dimanche de Pâques ; comme le fait le triduum pascal entre le premier jour, le Vendredi Saint qui commence la veille au soir, et le troisième, à nouveau le dimanche de Pâques qui commence par la nuit la plus sainte de l’année et la vigile, mère de toutes les vigiles.

Quel arrachement pour nous de ne pouvoir célébrer ce mystère pascal dans tout son magnifique déploiement liturgique ! Mais cela ne nous empêchera pas d’aller au cœur de notre foi, parce que justement, il s’agit de foi et que la foi chrétienne consiste à accueillir la Parole de Dieu. 

Cette Parole de Dieu, c’est le Christ et depuis qu’il est ressuscité, rien ne peut taire cette Parole, rien ne peut l’empêcher d’arriver jusqu’à chacun de nous, ni nous empêcher de l’accueillir avec foi. Cette Parole est bonne nouvelle de la résurrection, de la victoire du Christ sur toute forme de mal, de l’amour fidèle et tout-puissant de notre Père.

A nous de la vivre, sans liturgie et avec ce fléau mondial qui étend son ombre de mort sur notre humanité. A nous de prendre les moyens dans notre confinement de l’accueillir, afin que notre vie et notre bouche puissent la proclamer.

Abbé Bruno Bettoli